Bechstein à Londres - Histoire d'une réussite

Des liens étroits existent entre Bechstein et Londres depuis 1849, année durant laquelle le fondateur de l’entreprise, Carl Bechstein, séjourna pour la première fois dans la capitale britannique afin de s’informer sur les particularités de la facture de pianos locale. La rénovation récente du magasin londonien Markson Pianos est l’occasion de revenir sur cette longue tradition.

Carl Bechstein se rendit à Londres une première fois alors qu’il était encore apprenti facteur de pianos car les fabricants anglais et français étant alors au faîte de la gloire. En 1862, c’est-à-dire quelques années seulement après avoir fondé son entreprise à Berlin, il profita de l’Exposition universelle de Londres pour asseoir la réputation de ses instruments. Il y remporta plusieurs médailles face à ses puissants concurrents britanniques, le jury justifiant sa décision de la manière suivante : « Les instruments Bechstein se caractérisent par une éminente fraîcheur, un son libre, un toucher agréable et des registres équilibrés. Ils peuvent par ailleurs résister au jeu le plus vigoureux ». Un rapport officiel de la Commission spéciale de l’Union douanière allemande précisa quant à lui : « C. Bechstein, fournisseur officiel de Sa Majesté le roi de Prusse, a fondé son entreprise en août 1856. En l’espace de seulement six ans, il a atteint des sommets tels qu’il emploie maintenant quatre-vingt-dix ouvriers et fabrique environ trois-cents instruments par an, dont cent-quarante pianos à queue, qu’il exporte en Amérique, Asie, Angleterre et Russie. Il a présenté à Londres deux excellents pianos à queue . […] Nous avons constaté avec plaisir que ces instruments ont enthousiasmé le public londonien, ce qui nous permet d’espérer qu’ils vont bien se vendre en Angleterre ».
L’entreprise prospéra, les exportations — principalement à destination de l’Angleterre et de la Russie — augmentèrent de manière considérable, de sorte que Carl Bechstein ouvrit bientôt une salle de concert à Berlin. Toujours en contact avec des pianistes britanniques, il ouvrit également une salle à Londres en 1901. Le Bechstein Hall, conçu pour 550 spectateurs environ et situé dans Wigmore Street, accueillit près de trois-cents concerts dès l’année suivante.

Dès 1885, Bechstein avait déjà ouvert un magasin de vente à l’adresse Wigmore Street 38. Les pays de l’Empire britannique absorbaient alors la plus grande part des exportations de l’entreprise et la reine Victoria commanda à la succursale londonienne un piano à queue doré. Le magasin de vente, installé dans un bâtiment de trente-cinq mètres sur soixante-cinq, était évidemment très luxueux et les fenêtres du premier étage étaient garnies de vitraux figurant les armoiries de la haute noblesse allemande.

Tout devait changer avec la Première Guerre mondiale. Le gouvernement britannique ayant ordonné la confiscation des filiales de toutes les entreprises allemandes actives au Royaume-Uni, la Salle Bechstein et le magasin furent expropriés et vendus en novembre 1916. Les enchères, conduites par Sir Howard Frank, furent adjugées en l’espace de quatre minutes : Debenham Ltd, entreprise installée juste en face de la salle dans la Wigmore Street, fut déclarée acquéreur pour la somme de 56 500 livres sterling. C’était incontestablement une bonne affaire puisque, sans compter le prix de l’immeuble, les cent-quatre pianos à queue et les trente pianos droits du magasin avaient été estimés à 350 000 livres. La Salle Bechstein, désormais appelée « Wigmore Hall », devait toutefois conserver ses vitraux armoriés (aujourd’hui classés monument historique) et rester une salle de concert jusqu’à nos jours.

Une nouvelle succursale, Bechstein Piano Company Ltd, fut ouverte à Londres en 1924. Ultérieurement, les grands magasins Harrods et Selfridges vendirent également des pianos Bechstein, le premier les distribuant même dans ses six magasins d’Argentine.

Les pianos Bechstein, aujourd’hui importés en Grande-Bretagne par Intermusic Ltd, sont commercialisés à Londres par Markson Pianos. Cette entreprise gérée par la même famille depuis trois générations dispose, près de Regent Park, d’un magasin récemment agrandi. Ses spécialistes confirmés offrent un service de qualité pour les deux gammes fabriquées en Allemagne (Bechstein et C. Bechstein), ainsi que pour la marque W.Hoffmann « made in Europe ». Ne doutons pas que Carl Bechstein, homme du monde, se serait senti parfaitement à l’aise avec la clientèle huppée qui fréquente le magasin Markson Pianos.

Bechstein in London