Tradition Bechstein

Michel Dalberto

« Les pianos à queue Bechstein ont la voix dont je rêvais depuis toujours. »

Michel Dalberto

 

2007-2010

C. Bechstein, qui a auparavant investi en Saxe sur le site de Seifhennersdorf, va reprendre une unité de production située à Hradec Králové, en République tchèque (C. Bechstein Europe). À la fin de la première décade du XXIe siècle, l’entreprise ne commercialisera plus que des instruments fabriqués en Europe.

2007

Après avoir collaboré durant plusieurs années avec le fabriquant tchèque Bohemia, C. Bechstein acquiert la totalité des parts de l’entreprise. Filiale à 100% de la société mère, la nouvelle entreprise (C. Bechstein Europe) permet au groupe d’offrir au public une gamme complète d’instruments. Parallèlement, C. Bechstein et son partenaire ukrainien Lysoform ouvrent un magasin de vente à Kiev, dans le quartier huppé entourant le célèbre monastère de Pecherska-Lavra, tandis qu’un C. Bechstein Center est ouvert à New York entre Carnegie Hall et le Metropolitan Opera. 

2008

Bechstein se démarque de ses principaux concurrents en choisissant de ne commercialiser que des instruments fabriqués en Europe. Après l'abandon des marques Euterpe et Wilhl. Steinmann, le catalogue se répartit  de la manière suivante: C. Bechstein (classe « chef-d’œuvre »), BECHSTEIN Academy (haut de gamme), Zimmermann (qualité supérieure) et W. Hoffmann (qualité « moyenne supérieure »). 

2009

Bechstein ouvre un magasin à Shanghai. Une augmentation de capital permet à l’entreprise de racheter toutes les parts détenues par Samick. Les principaux actionnaires sont désormais Karl Schulze et son épouse Berenice Küpper, ainsi que la société Arnold Kuthe GmbH. Lors du festival de la Roque d’Anthéron, près de la moitié des concurrents (notamment Boris Berezovsky, Michel Dalberto, David Fray, Alice Sara Ott, Abdel Rahman el-Bacha, Lise de la Salle et Zhu Xiao-Mei) optent pour le piano à queue de concert C. Bechstein D 282.

2010

Aldo Ciccolini choisit un C. Bechstein D 282 pour le concert qu’il donne au festival de la Roque d’Anthéron à l’occasion de son 85e anniversaire. Arte retransmet sa prestation en différé. Michel Dalberto, Nicholas Angelich et Shani Diluka enregistrent leurs nouveaux CD sur Bechstein, imitant en cela Boris Bloch, Pavel Gililov, Konstantin Lifschitz, David Theodor Schmidt, Amir Tebenikhin, Lilya Zilberstein et de nombreux autres artistes. Sur le plan économique, l’année se caractérise par une relance des exportations, une augmentation du chiffre d’affaires et l’énorme succès rencontré par les pianos pour débutants W. Hoffmann fabriqués en République tchèque.

2011

L’année de tous les records pour C. Bechstein. Les sommes investies depuis plusieurs années dans la recherche/développement ont permis d’obtenir une qualité inégalée dans la gamme « chef-d’œuvre » et de garantir la stabilité du succès de la gamme Bechstein Academy. Avec pour résultats un renforcement de l’image de marque et une augmentation considérable du chiffre d’affaires. Bechstein est à nouveau le numéro un sur certains marchés, l’entreprise retrouvant ainsi la position qui était la sienne à l’âge d’or du piano.
Parmi les autres faits marquant de l’année, citons : la mise en place de l’académie technique Bechstein, qui garantit l’excellence des techniciens SAV ; le succès remarquable de la marque W. Hoffmann « made by C. Bechstein Europe » ; et le développement d’une image de marque globale pour toutes les gammes du groupe Bechstein. La production des pianos de la marque « Zimmermann – made in Germany » est définitivement arrêtée fin 2011.

2012

Continuité et innovation. En 1992, le site de production Bechstein a quitté Berlin pour aller s’installer en Saxe. Vous pouvez le visiter en prenant rendez-vous par l’intermédiaire d’un revendeur. Vous y découvrirez tout le soin mis à la fabrication des pianos C. Bechstein, ainsi que le savoir-faire sur lequel reposent ces chefs-d’œuvre, véritables monuments de la culture musicale mondiale.