Bechstein de retour au Wigmore Hall

John Gilhooly et Michel Dalberto à propos de Bechstein

Cette vidéo a été réalisée à l’occasion du « projet Fauré », deux concerts qui ont rassemblé au Wigmore Hall de Londres certains des musiciens français les plus célèbres du moment. Elle présente John Gilhooly, le directeur de la salle, qui exprime sa joie d’accueillir un piano à queue de concert C. Bechstein D 282 sur la scène de l’ancienne salle Bechstein de Londres. On y voit également le pianiste Michel Dalberto expliquer que la formidable acoustique du Wigmore Hall met parfaitement en valeur la voix du Bechstein.


Le Wigmore Hall de Londres compte parmi les salles de musique de chambre les plus célèbres au monde. C’est dû autant à son acoustique exceptionnelle qu’à l’histoire séculaire du lieu. Une histoire qui a commencé avec Bechstein, puisque la salle fut construite entre 1899 et 1901 à la demande de Carl Bechstein et appelée « Bechstein Hall » dans un premier temps. Mais en 1916, du fait de la Première Guerre mondiale, Bechstein fut exproprié non seulement de la salle mais aussi de son magasin de vente londonien, la salle de concert étant alors rebaptisée « Wigmore Hall ».


Le nom « Bechstein » reste cependant bien vivant sur place, et cela non seulement dans le Bechstein Bar où l’on peut prendre un verre à l’entracte, mais aussi sur les nombreux programmes et affiches conservés au Wigmore Hall qui renvoient à de concerts donnés jadis par de grands pianistes et compositeurs tels que Godowsky, Fauré ou Scriabine.


Le 18 mars 1908, Gabriel Fauré en personne, accompagné de la cantatrice Jeanne Raunay, se produisit au Bechstein Hall, « 36 & 38, Wigmore Street ». Près d’un siècle plus tard, le « projet Fauré » a rassemblé au même endroit la crème de la crème des musiciens classiques français : Renaud et Gautier Capuçon au violon et au violoncelle, ainsi que Michel Dalberto au piano à queue C. Bechstein D 282 — un instrument superbement préparé par le technicien de concert Denijs de Winter. Les deux concerts donnés au Wigmore Hall étaient le temps fort d’une tournée qui a également conduit les musiciens à Bensheim, Essen, Bonn et Birmingham. Nicholas Angelich (piano) et Gérard Caussé (alto) ont également participé aux concerts donnés à Londres, le premier étant retransmis en direct sur BBC3. Tous ces musiciens, ainsi que le piano à queue C. Bechstein, ont par ailleurs participé à l’enregistrement de l’intégrale des œuvres de musique de chambre de Gabriel Fauré — un coffret Virgin qui a déjà reçu de nombreux prix.


Tant pour la tournée que pour l’enregistrement, Michel Dalberto a souhaité jouer sur le piano à queue de concert C. Bechstein D 282, instrument dont il apprécie la voix claire, l’homogénéité entre les basses, les aiguës et le registre supérieur, et surtout la projection naturelle : « Le son Bechstein donne l’impression d’être moins puissant que d’autres lorsqu’on joue sur la scène, mais c’est exactement le contraire pour le public dans la salle. En tant que pianiste, vous savez que vous disposez d’une réserve de puissance infinie et que vous n’aurez pas besoin de l’utiliser intégralement. Elle est là, c’est suffisant ».

Concerts programmés

Vous souhaitez connaître les dates des concerts C. Bechstein ? Consultez le programme.

Facture de pianos

Comment fabrique-t-on un piano à queue ? Découvrez la facture de pianos selon C. Bechstein − avec une vidéo.

Marques Bechstein

Toutes les marques du groupe, de C. Bechstein à W. Hoffmann. Des pianos droits et à queue pour tous les budgets.