Vladimir Sofronitsky enregistré en public au musée Scriabine de Moscou

Bien que Vladimir Sofronitsky (1901–1961) compte parmi les plus brillants pianistes du XXe siècle, il n’est plus aujourd’hui connu que par un petit cercle d’initiés. C’est probablement dû au fait qu’il ne s’est plus produit en Europe de l’Ouest après 1929 et ne nous a laissé que de rares enregistrements.


Sofronitsky a entretenu des liens étroits avec Alexandre Scriabine puisqu’il a été son élève, son gendre et son héritier spirituel. Il a par ailleurs donné de nombreux concerts sur le Bechstein du maître, aujourd’hui conservé au musée Scriabine de Moscou.

Ce CD publié chez Vista Vera en 2010 reprend un enregistrement datant du 7 mars 1956, remixé au musée Scriabine en 2005. C’est donc à la fois un document historique et une pièce de grande valeur musicale. Sofronitsky y interprète la célèbre Sonate en si bémol majeur de Schubert avec un rythme certes saccadé, mais d’une manière qui — en dépit de la qualité médiocre de l’enregistrement — laisse transparaître la sonorité très émotive d’un Bechstein du XIXe siècle. On trouvera également sur ce CD quatorze pièces de Chopin (mazurkas, préludes et valses) ainsi que trois œuvres de Scriabine (une valse et deux mazurkas). Doué d’un sens aigu de la mélodie et des couleurs musicales, Sofronitsky s’affirme ici comme un véritable poète au piano.