Shani Diluka sur la « Road 66 »

Norman Lebrecht, journaliste musical bien connu en Grande-Bretagne, a qualifié Road 66 d’« enregistrement de la semaine », tandis que la Folle journée de Nantes faisait de ce CD son disque officiel. De fait, cette nouvelle œuvre de Shani Diluka mérite les éloges par la sélection remarquable des morceaux, la qualité de leur interprétation… et la sonorité incroyablement colorée du piano Bechstein utilisé pour l’enregistrement.

Avec ce CD, la jeune pianiste suit la légendaire Route 66 qui traverse les États-Unis d’est en ouest en interprétant des œuvres de compositeurs tels que John Adams, Keith Jarrett, Samuel Barber, Amy Beach, Leonard Bernstein, John Cage, Alberto Ginastera ou Aaron Copland. Dans le livret, une citation extraite de Sur la route, le célèbre roman de Jack Kerouac, est mise en exergue de chacun des titres afin de générer des associations avec le « roadmovie musical » de Shani Diluka.

Le critique Oswald Beaujean a écrit dans le magazine BR-Klassik : « La Route 66 n’est plus carrossable sur toute sa longueur. Néanmoins, les tronçons qui existent encore rappellent un passé glorieux et attirent aujourd’hui de nombreux touristes et nostalgiques en voiture — Une situation qui correspond bien à l’atmosphère légèrement mélancolique du nouveau CD de l’excellente pianiste Shani Diluka intitulé Road 66. On y trouve dix-huit morceaux dus à quatorze compositeurs américains, dont la suite harmonieuse nous invite à soixante-dix minutes de rêverie méditative. On pourrait trouver le procédé un peu surfait et lui reprocher de supprimer les distinctions entre Phil Glass, George Gershwin et Bill Evans au point d’en faire un pot-pourri, mais ce serait injuste : la sélection et la succession des dix-huit titres ont été pensées avec soin, de sorte que le résultat n’est pas du n’importe quoi musical, mais au contraire une compilation harmonieuse de styles les plus divers ».

Le CD a été enregistré en septembre 2013 à la Maison de la musique de Nanterre, sur un piano à queue de concert C. Bechstein D 282 fourni par Philippe Destrouesse, accordeur présent lors de la prise de son pour répondre au mieux aux souhaits de l’artiste.