David Theodor Schmidt – « Le poète parle »

Ce nouveau CD (Profil PH 12071) doit son titre à la dernière pièce des Scènes d’enfants de Schumann, intitulée Le Poète parle. Schmidt est ici doublement poète : tout d’abord en ayant choisi des œuvres s’inspirant de la poésie (les Trois Sonnets de Pétrarque de Franz Liszt, quatre Ballades de Johannes Brahms, la Sonate n°2 en sol mineur et la pièce finale des Scènes d’enfants de Robert Schumann) ; mais aussi en interprétant ces œuvres d’une manière qui lui confère le statut de « poète du piano ».

Schumann, mort en 1856, n’eut pas le loisir d’apprécier les pianos fabriqués par Carl Bechstein. Il en va autrement de Liszt et Brahms qui furent, comme on le sait, de grands admirateurs du fabricant berlinois ayant fondé son entreprise en 1853.

Pour son dernier CD, Schmidt a joué sur un piano à queue de concert C. Bechstein D 282 merveilleusement préparé par Torben Garlin et installé dans la Jesus-Christus-Kirche de Berlin-Dahlem, l’enregistrement étant confié à Holger Siedler. Ces excellentes conditions mettent parfaitement en valeur la voix de l’instrument, notamment sa clarté et sa richesse de couleurs, ce qui confère au CD une qualité bien particulière.

Avec cet enregistrement, David Theodor Schmidt démontre à nouveau qu’il sait merveilleusement faire chanter son piano, qu’il est parfaitement à l’aise dans l’univers mélancolique et recueilli de la musique romantique, et qu’il sait tirer du Bechstein une voix chantante même dans les passages les plus tumultueux des sonates de Schumann. Magistral !

David Theodor Schmidt – « Le poète parle »
Voir la vidéo
qYoNrFw9jHs&list=FLn4GMg0ACzTs2j8Yz4VIuMQ&index=5
medium